Le Cirque

C’est en Suède, où elle se présentait ses chansons, que Michèle Barbier a découvert le monde du cirque, en 1974. "Au cirque, on reste une semaine ou on reste toute sa vie". C’est par ces mots que Michèle Barbier a été accueillie au Cirque Schreiber (Suède), par Manuel Mijares, fil-de-ferriste mexicain. Elle avait été engagée comme présentatrice (son accent français devenait très exotique, en suédois) pour un mois... Mais la vie de cirque allait durer plus de trente ans. Une vie à part, pleine de passions, où l’on défie inlassablement l’impossible, une vie intense où l’on apprend sans cesse, notamment au contact des animaux qui ont tant de vérités et de valeurs à enseigner... Une vie de travail dans la joie, une vie de courage pour affronter les épreuves quotidiennes...

Au Cirque Schreiber, Michèle Barbier rencontre Adolf Lauenburger, dresseur de chevaux allemand. Ensemble, ils créent en France le Cirque Aréna. A l’époque, Paris n’accordait pas aux petits cirques l’autorisation d’implanter leur chapiteau sur ses terrains. Michèle Barbier écrit alors une supplique, sous forme d’ode médiévale, qu’elle amène à l’Elysée... Et le petit cirque Aréna peut alors s’installer dans le 15° arrondissement. Dans le jargon du cirque, on dit qu’Aréna a "débridé" Paris. Après Paris, Aréna s’installe en Loire Atlantique. A Saint Philbert de Grand Lieu, riche d’une abbatiale carolingienne construite au temps où l’empire de Charlemagne n’était pas encore divisé, Michèle, Adolf et sa fille Angelika organisent alors le Festival Carolingien, avec la participation des habitants du village : cirque (une école de cirque avait été ouverte aux enfants), théâtre, concerts, expositions....

.

De nouveau à Paris, Aréna se produit dans différents squares. Mais les temps deviennent durs. Le chapiteau se replie. Le couple se sépare. Adolf retourne en Allemagne et Michèle entre à Antenne 2.

L’aventure du cirque ne s’arrête pas pour autant. Michèle Barbier crée le Gala de la Presse. Elle présente à Paris le cirque italien Il Florilegio di Darix Togni, convainct France 3 de diffuser le Festival du Cirque de Massy...

Puis, en 1999, avec Nathalie (la fille qu’elle a eue avec Adolf) et Michel Sanchez, qui ignorait tout de ce monde particulier mais possédait un vrai talent de manager, elle crée le Cirque Messidor. Messidor propose des spectacles à thèmes : "Au Pays des Contes de Grimm", "Le Cirque en Laponie", "le Cirque à Venise", "Au Royaume de Merlin l’Enchanteur", "le Cirque Impérial Romain", "le Cirque Impérial de Vienne", "le Cirque à La Nouvelle Orléans".

.

.

.

.

Vient le moment où Michèle, se rendant compte que le temps passe, éprouve le besoin de revenir à ses passions premières : l’écriture, le théâtre, la chanson. Le Cirque Messidor ferme ses portes. Michèle décide d’entamer sa dernière ligne droite en se vouant à ses propres passions (voir rubriques Spectacles, Livres et Chansons).

Au monde du cirque, elle consacre toutefois quatre de ses ouvrages : "Laissez Pleurer les Chiens" (roman et pièce de théâtre), "Ces Merveilleux Fous du Cirque" et "Place au Cirque"