Les matelas de Casa Grande

La misère et les espoirs du petit peuple mexicain

"Pourquoi sont-ils dans la misère ? Ils ne le savent pas mais la misère demeure. Les personnages sont à mi-chemin entre les "caractères universels" et les "particuliers historio-géographiques"... Ils sont donc des êtres entiers et il est difficile d’affirmer que la fiction n’est pas la réalité et que la réalité n’est pas la fiction". Le Dauphiné libéré

"Le destin qui frappe ceux qui veulent s’en tirer est plus aveugle que les dieux de la tragédie grecque antique...Les comédiens sont excellents et savent restituer toute l’ambiguïté de ce drame sans fin dont nous percevons un passage. Comme si l’on regardait sur un plateau des marionnettes qui changeraient à chaque jour, mais qui ne feraient que reprendre éternellement les mêmes rôles, dans une trajectoire immuable" Le Méridional

spectacles